Bis repetitas !

Un goût de trop peu à la fin du somptueux défilé sur la scène du théâtre Royal à Marrakech ?

Assurément ! Le 1er mai s’est mis sur son 31 pour accueillir près de 1000 spectateurs dans les travées du théâtre et … quelques millions en retransmissions directe via les chaînes télévisées 2M et ART. Sans omettre TV5 fidèle à l’évènement depuis 3 éditions.

Caftan 2004 a surtout pulvérisé l’audimat des cœurs et des esprits avec un show éblouissant : 10 collections de Haute-Couture, 3 collections de nouveaux talents et 3 collections made in Arabie Saoudite, Égypte et Jordanie au service d’une ligne contemporaine, dépourvue de complexes et de matières sublimes.

Un tombé de rideau parfait pour les 10 stylistes Haute-Couture marocains, véritables « enfants de caftan » puisque la majorité d’entre eux sont issus des présélections des années précédentes.

Maâlem, sfifa, khrib, couleurs et tissus chatoyants, rupture des lignes et jaillissement de formes, toute une vision s’est mise au service d’une créativité pour le mois pointue. De plus que la rencontre des finitions traditionnelles, de l’éclat des couleurs et de la cohérence de la collection a propulsé ces nouveaux talents sous le feu des projecteurs. Incarnant la relève, ils étaient à la hauteur du défi proposé par Caftan : provoquer l’inédite beauté.  Au final : un nouveau caftan, ultra-référencé, qui trouve son inspiration à la source et qui maîtrise idéalement son ouverture d’esprit : contemporain.

Une belle et grandiose bouffée d’air créative pour un événement qui ne cesse, d’année en année, d’être taillé et biseauté telle une pierre précieuse. Mieux, un bijou aux normes internationales de la Haute-Couture avec chorégraphie millimétrée, tops models ad hoc et modernité ébouriffante du travail des stylistes.

Le 1er mai, le Caftan marocain a rayonné à l’échelle planétaire.